L'initiateur de la collecte de signatures a été Bruno Озолиньш, et ils se réunirent dans un délai de six ans.

Dans son initiative, il écrit que, d'être le citoyen de Lettonie, il fait confiance à son peuple et ne veut pas reconnaître le nom d'un candidat à la présidence du pays en deux jours avant les élections. La candidature doit être convoquée au moins un mois et d'en discuter.

Notez que le mois d'avril de cette année particulière parlementaire, le groupe de travail a préparé pour la transmission au parlement d'un projet de loi proposant de revoir les pouvoirs du président et l'ordre de son élection. Selon la proposition des députés de décider qui sera le chef de l'etat, ou le peuple, ou la commission électorale, composée de députés de la Diète et d'une centaine de chefs de municipalités.

Le parlementaire Ринголд Балодис a souligné que cette pratique existe dans d'autres pays. Le député Имант Парадниекс a exprimé sa volonté d'augmenter le nombre de voix nécessaires à l'élection. "51 la voix, comme maintenant, c'est trop peu... les Deux tiers, il serait nécessaire de préciser que le minimum absolu", dit — il.

Aussi le projet de loi prévoit l'extension des pouvoirs du président. Par exemple, il est proposé d'octroyer de son droit de désigner des fonctionnaires, de dissolution de la Diète, sans perdre la présidentielle de poste.

D'après une enquête réalisée en 2015 l'agence SKDS sondage, la plupart des латвийцев estiment que l'élection du président dans le pays doivent être всенародными, et non parlementaires. 43% des répondants ont déclaré que soutiennent pleinement l'idée избирания chef de l'etat par le peuple. 27% ont dit qu'ils sont enclins à cette pensée. Ainsi, 70% de la population sont en faveur du changement actuel de l'ordre, quand le président choisit le parlement.

Un an plus tôt un sondage similaire SKDS a montré que 83% des habitants veulent de l'introduction du référendum, rapporte LETA.